La campagne pour les législatives du 21 juillet 2013 était prête d’être ouverte lorsque le procureur de la République dans un souci d’apaisement et en vu de permettre à tous les candidats y compris ceux qui sont encore en détention d’avoir les mêmes chances d’être élues, a annoncé hier Vendredi la libération de trois personnalités de l’opposition arrêtées et détenues dans l’affaire des incendies des marchés de kara et de Lomé.

Certains partis politiques de l’opposition en lice pour les législatives du 21 juillet prochain ont exigé la libération de certains de leurs cadres arrêtés et détenus dans l’affaire des incendies des marchés. Cette demande de libération était motivée par le fait que ces cadres toujours en détention à quelques jours du scrutin étaient des potentiels candidats de ces partis de l’opposition et comme tel, leur libération était une des exigences pour la participation de l’opposition à cette élection.

Le gouvernement togolais soucieux  de la paix sociale et la stabilité politique a donc accepté à son corps défendant de libérer d’abord 10 personnes à trois jours de la clôture du dépôt des candidatures et hier vendredi, trois personnes non moins importantes de l’opposition à savoir Gérard Adja, Alphonse Kpogo tous deux membres influents de OBUTS parti que dirige  Agbéyomé Kodjo et Jean Eklou, le responsable des jeunes de l’ANC, le parti de Jean Pierre Fabre ont  été libérées. Selon le procureur,  la raison qui a sous-tendue leur libération est  de leur permettre de battre campagne dans la perspective des prochaines élections.

Dans la foulée, on annonce aussi la présence effective dans les jours à venir au niveau des CELI, la présence effective des membres des partis de l’opposition.

Vivement que tous les acteurs s’accordent sur le minimum pour qu’on ait des élections apaisées pour le bonheur de notre cher Togo, l’or de l’humanité.Image

Publicités