Image

Manifestation du CST et du FRAC samedi dernier à Lomé :

 

Les actes de vandalisme de l’opposition dénoncés par le Colonel Yark

 

Les militants du Collectif « Sauvons le Togo » (CST) et du  Front Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC) étaient dans les rues de Lomé pour protester contre le décès d’Etienne Yakanou membre de l’Alliance Nationale pour le Changement ANC, décédé des suites d’un arrêt cardiaque suite à un accès palustre selon le procureur de la République.

Ces manifestations annoncées pourtant pour être pacifique ont eu des relents de provocations et de vandalisme comme l’a constaté le Ministre de la Sécurité qui, dans un communiqué rendu public hier Lundi n’est pas allé du dos de la cuillère pour dénoncer cet état de chose.

Il a condamné ces actes d’une autre époque avant d’appeler les leaders des partis politiques regroupés au sein de ces coalitions à plus de bon sens.

Voici en intégralité le communiqué du Colonel Yark Damehame, Ministre de la Sécurité et de la protection civile.

Voici le communiqué du ministre de la Sécurité

Le samedi 18 mai dernier, lors de leur marche hebdomadaire, les militants de l’Alliance nationale pour le Changement (ANC) et leurs alliés du Front républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC) s’en sont pris au personnel de la gendarmerie nationale en service à l’entrée principale du camp sur le Boulevard Circulaire. 

Ces manifestants surexcités ont forcé l’entrée du camp en vandalisant la porte principale et en jetant des projectiles divers sur le personnel en faction. L’entrée a ainsi été obstruée, pendant longtemps, prenant les habitants du camp en otage et empêchant toute entrée aux visiteurs.

Le personnel de sécurité a été obligé de se replier vers l’intérieur afin d’éviter des heurts gravissimes au regard de la mission assignée qui est de défendre, si les circonstances l’exigent, par la force des armes ce point sensible. Le même scénario s’est déroulé devant la Direction générale de la Police nationale le même jour.

Je salue le professionnalisme et l’esprit de discipline de ces personnels qui n’ont pas cédé à ces provocations extrêmes. Car leur riposte, quoique légale et réglementaire, aurait surement été préjudiciable à l’intégrité physique des manifestants, voire des populations environnantes et aurait constitué un véritable frein à la politique d’apaisement et de réconciliation nationale prônée par le Chef de l’Etat 

Cela ne devrait toutefois pas être perçu comme une faiblesse des forces de l’ordre. A cet effet, je voudrais convier les organisateurs des manifestations publiques et principalement les leaders des partis politiques au respect scrupuleux du caractère pacifique qu’ils proclament lors de leurs manifestations.

Par ailleurs, des instructions fermes ont été données aux forces de l’ordre et de sécurité en pareilles circonstances pour ne pas céder à la provocation mais aussi pour se défendre ou défendre si nécessaire leurs installations et ce, conformément aux lois et règlements en vigueur.

Les acquis démocratiques incontestables dans notre pays ne peuvent en aucun cas se consolider dans la violence et le mépris des autres.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile en appelle à la responsabilité et au bon sens de leaders politiques ainsi qu’au civisme de leurs militants à l’occasion toutes leurs manifestations publiques.

 

Publicités