ÉLECTIONS LÉGISLATIVES ET AGITATION STÉRILE D’UNE CERTAINE DIASPORA : Cvu-Togo-diaspora fait une lecture erronée de la politique togolaise

Image

Le 25 juillet dernier les togolais ont exprimé leur devoir civique pour le renouvellement de l’assemblée nationale.les résultats définitifs publiés par la cour constitutionnelle donne 62 sièges à UNIR,19 au collectif sauvons le Togo,6 à la coalition arc-en-ciel, 3 pour l’UFC et 1 pour Sursaut- National.si ces résultats dans la compréhension de l’immense majorité des togolais, ne souffrent d’aucune contestation, en revanche, une certaine diaspora semble faire une lecture tendancieuse et erroné de la situation politique du Togo.
Selon l’ensemble des missions d’observation accréditées pour les législatives du 25 juillet 2013, le scrutin s’est déroulé dans des conditions apaisées et transparentes. cette position des Missions d’observation à été entériné par les États-Unis au Togo par la voix de son Ambassadeur Robert Whitehead, qu’un prétendu collectif pour la vérité des urnes vienne à peindre en noir le travail de qualité abattu par la CENI et confirmé par la cour constitutionnelle relève simplement d’une malhonnêteté intellectuelle et une envie pour ce regroupement de tirer vers le bas les efforts du pouvoir en place à démocratiser le Togo.
Ensuite, lorsque cette soi disant diaspora déclare que les résultats ne sont pas ceux sortis des urnes, on se demande de quelles preuves dispose- t- elle pour faire de pareilles allégations? Ce que ces messieurs qui n’ont visiblement pour objectif que de saper les multiples efforts du gouvernement dans le sens du développement oublient, c’est que l’opposition dans son ensemble n’a pas contesté les résultats mais plutôt le découpage. Mieux que cela, au cours des élections législatives on a vu des missions d’observation de la diaspora sillonner le territoire national pour constater de visu le déroulement du scrutin mais à aucun moment, la fameuse CVU-TOGO-DIASPORA n’a pas daigné envoyer d’observateur et il est aujourd’hui étonnant que cette structure s’érige en donneuse de leçons pour un scrutin qu’elle n’a pas observé.
Aujourd’hui le parti UNIR fort de ses 62 députés peut diriger sans trop vouloir tendre la main à qui que ce soit.
C’est donc impensable que ces messieurs de la Cvu pensent tracer une voie à suivre à Faure Gnassingbé et son gouvernement en parlant de proposition  de  sortie de crise.
Faut il rappeler que le Chef de l’Etat est élu pour un mandat de cinq ans et qu’il n’en a pour le moment fait que trois, alors, comment des individus qui prennent leur rêve pour réalité peuvent parler de proposition de sortie de crise? De quelle crise parlent-ils quand on sait que même les togolais qui font encore confiance à l’opposition jusqu’à la dernière élection ont compris l’inconstance de cette opposition toujours minée par des querelles de leadership, en témoigne la mobilisation pour les marches qui ne cesse de faiblir.
Aujourd’hui le Togo vient de tourner le dos aux élections législatives et le gouvernement sous la houlette de Faure Gnassingbé entend bien relever d’autres défis plus importants pour le bonheur des citoyens togolais.

Publicités

Désenchantés par la dernière élection : Le CST et le FRAC ont du mal à remobiliser les militants

Ce samedi encore, le Collectif Sauvons le Togo et le Front Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC) ont appelé leurs militants et sympathisants à une marche de contestation des résultats de l’élection législative du 25 juillet dernier.

Contre toute attente, l’habituelle marée humaine qui déferlaient par le passé lors des manifestations de ces deux regroupements de l’opposition n’était pas au rendez- vous. Une situation qui met en difficulté l’opposition qui naturellement a besoin de ce soutien pour faire comprendre à l’opinion nationale et internationale que même sans preuve de sa supposée  victoire, on pourrait la prendre au sérieux. Aujourd’hui, c e deuxième échec des marches de l’opposition après celle de samedi dernier non seulement  est perçu comme un désaveu, mais doit sonner comme  un signal à l’opposition pour qu’elle revoit sa copie et au besoin ses stratégies. Le fait pour les militants de ne plus s’intéresser aux manifestations de rue est une preuve de la lassitude vis-à-vis d’une opposition en manque de stratégie et de vision.

Rfi de Retour à Lomé

Image

Suite à des avaries techniques dues à une baisse de tension sur ses antennes du Togo, les émissions de la radio mondiale ont été interrompue pendant quelques jours.  Mais au moment où nous mettons en ligne cette information, la radio a repris ses programmes. Cependant certaines  informations laissent croire que RFI a été suspendue pour le traitement qu’elle aurait fait des informations pendant et après les législatives de juillet 2013. Dans le rang des premiers responsables de cette radio, on privilégie la première     raison de l’interruption des émissions de la radio la plus écoutée en Afrique noire francophone.

Rfi de Retour à Lomé

Mots-clefs

Image

Suite à des avaries techniques dues à une baisse de tension sur ses antennes du Togo, les émissions de la radio mondiale ont été interrompue pendant quelques jours.  Mais au moment où nous mettons en ligne cette information, la radio a repris ses programmes. Cependant certaines  informations laissent croire que RFI a été suspendue pour le traitement qu’elle aurait fait des informations pendant et après les législatives de juillet 2013. Dans le rang des premiers responsables de cette radio, on privilégie la première     raison de l’interruption des émissions de la radio la plus écoutée en Afrique noire francophone.

Robert Whitehead Ange hier, « démon » aujourd’hui

Image

Langage de duplicité contre l’ambassadeur des USA au Togo :

Robert Whitehead Ange hier, « démon » aujourd’hui

Les Togolais viennent d’achever dans le calme et la discipline le processus électoral qui a vu la participation de tous les acteurs politiques. Au lendemain de la proclamation des résiltats, l’ensemble des missions d’observtion et la communauté internationale a été unanime pour dire que le scrutin s’est passé dans de bonnes conditions. Mais ce qui étonne, ces derniers jours, c’est la cabale médiatique menée contre le diplomate des USA en poste dans notre pays. Pourquoi tant de critiques pour quelqu’un qui, hièr encore était le plus aimé de l’opposition togolaise ?

Dans un communiqué officiel rendu public Lundi dernier, l’Ambassadeur des USA au Togo a déclaré « Nous invitons tous les partis politiques à respecter la volonté du peuple togolais, et à résoudre tout différend de manière pacifique, conformément aux dispositions du Code Électoral ». Cette phrase du représentant des USA au Togo n’a pas été perçue de la même façon au sein de la classe politique selon le côté où l’on se trouve. Si pour certains  les propos de Whitehead relèvent d’une objectivité visant à traduire dans le communiqué ce qui s’est matérialisé sur le terrain, pour d’autres, ces déclarations sont de nature à soutenir un processus frauduleux qui souffre de crédibilité. Et du coup, l’Ambassadeur des USA au Togo est depuis Lundi donc le mal aimé de l’opposition togolaise. Il est traité de tous les noms d’oiseau comme si les acteurs politiques n’ont jamais bénéficié de ses services.

On se rappelle que lorsque le pouvoir en place a décidé après plusieurs tentatives sans succès de ne plus organiser des discussions autour du processus électoral, c’est aux chancelleries notamment celle des USA que l’opposition s’est adressée pour obtenir la rencontre avec le pouvoir sous la conduite de Monseigneur Barrigah. A ce sujet, le diplomate Américain a pesé de tout son poids afin que le dialogue se tienne. Lors de ce dialogue, le même Ambassadeur a personnellement  négocié et obtenu la libération de certains membres de l’opposition arrêtés et déténus dans l’affaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara. Grâce à l’intervention de Robert Whitehead, des membres de l’opposition ont quitté la prison et vont se retrouver directement au parlement. Tous les efforts conssentis par l’ambassadeur des USA étaient fort appréciés en son temps. Des leaders de l’opposition ne juraient désormais que par lui. Toutes les difficultés qui pouvaient exister dans la vie politique de notre pays devraient avoir un heureux aboutissement car Robert Whitehead était une oreille attentive pour l’opposition.

Aujourd’hui, il a suffit d’un communiqué pour saluer le déroulement du scrutin et donner son appréciation sur le choix du peuple togolais, que l’opposition radicale regroupée au sein du CST a commencé par décrocher des flêches contres ce diplomate pourtant très aimé et beaucoup adulé il y a quelques semaines.

Ce comportement de l’opposition ne doit pas décourager Whitehead parce que l’opposition togolaise a toujours eu un double comportement. Lorsque vous prenez des positions qui les arrangent, vous êtes un ange mais la seule fois que vos propos sont en leur défaveur, vous êtes de facto un démon et ce n’est pas Patrick Spirlet qui nous démentira.

Article Paru dans le No 325 du Journal L’éveil de la Nation

 

 

Déclaration de l’Ambassade des Etats-Unis suite aux élections législatives 2013 au Togo
 

Elections législatives 2013 au Togo

L’Ambassade des États-Unis félicite le peuple togolais d’avoir exercé son droit de vote lors des élections législatives inclusives et pacifiques le 25 juillet dernier. Nous félicitons la Commission Électorale Nationale Indépendante d’avoir assuré un vote ordonné et résolu les problèmes logistiques identifiés au début du processus. Nous invitons tous les partis politiques à respecter la volonté du peuple togolais, et à résoudre tout différend de manière pacifique, conformément aux dispositions du Code Électoral.

Les États-Unis encouragent la nouvelle assemblée nationale à entreprendre, dans un esprit de coopération, les tâches importantes de renforcement de la démocratie au Togo et à assurer un avenir plus prospère au peuple togolais.

Lomé le 29 juillet 2013
U.S. Embassy Lomé

 

LE TOGO EN MANQUE D’UNE OPPOSITION ?

Image

Les résultats provisoires des législatives du 25 juillet 2013 et l’ampleur de la victoire du parti présidentielle, UNIR, sur les différents regroupements et partis politiques de l’opposition, relance à nouveau le débat sur la nature, la substance et la capacité de l’opposition togolaise a impacter durablement et  de manière significative la vie publique et l’enracinement de la démocratie au Togo.

Dans l’attente de la proclamation définitive par la Cour Constitutionnelle des résultats de ce scrutin unamiment salué par toute la communauté international et l’ensemble des partenaires au développement, ce que Brigitte Adjamagbo Johson, présidente sortante de la Coalition Arc En Ciel trouve à dire pour expliquer la débâcle de son camps, c’est que le parti au pouvoir à user de corruption et d’achat des consciences pour détourner les voix de l’opposition. De leur côté Jean Pierre Fabre et Me Ajavon Zeus, la double tête du Collectif « Sauvons le Togo » évoque des pressions, des menaces et le bourrage des urnes, ils vont même jusqu’à s’attaquer à ce que les togolais dans leur majorité et les observateurs internationaux ont salué comme une avancée significative dans l’organisation transparente de ce scrutin  à savoir  la publication immédiate des tendances dès la fermeture des bureaux de vote et la fin du dépouillement.

L’Opposition togolaise a perdu

Sur les législatives qui viennent de s’achever, il bien évident que l’opposition, dans son ensemble, n’a plus rien à se mettre sous la dent en ce qui concerne la contestation, il s’avère en effet très difficile de prouver des fraudes qui n’existent finalement que dans la tête des mauvais perdants.

Soixante deux (62) sièges pour UNIR, contre Vingt-neuf (29) sièges seulement pour tous les autres concurrents, la perte est lourde pour l’opposition, un cinglant désaveu tout simplement et à contrario, un renouvellement de confiance par la majorité des togolais de ce camp présidentiel qui a impressionné par la capacité à sa métamorphoser courageusement pour se retrouver à l’avant-garde du changement au Togo.

 L’opposition togolaise a perdu, mais pas simplement une élection, elle vient de perdre aussi le peu de crédit qui lui reste en résistant aux exigences démocratiques qui voudraient que les vaincus prennent acte de leur échec en analysant objectivement les causes  et en félicitant avec beaucoup de hauteur et d’élégance, ceux-là à qui les électeurs et le peuple ont accordé leur confiance pour un mandat.

Il est désormais acquis que face à la crise qu’une certaine opposition s’employait à implanter au Togo, face à l’instabilité et à l’alternance sans contenue réelle, les populations togolaise ont voté le concret, ils ont choisi l’espoir et l’avenir à partir des prémices spectaculaires de changements socio-économiques que le pays a atteint ces  six dernières années.

Les raisons d’une débâcle qui marque la fin des illusions

S’opposer au Togo est devenu un exercice assez délicat, complexe  et  difficile. Dans un pays longtemps frappé par des crises sociales fondées sur une belliqueuse compréhension de la démocratie et une longue mise en quarantaine sur le plan de la coopération pour déficit démocratique, les nouvelles autorités légitimées par les élections démocratiques d’octobre 207 et de mars 2010, ont fait le choix de passer avec courage et foi à l’apaisement et à la reconstruction. Les travaux de la  CVJR, les gouvernements d’ouverture, les grands chantiers urbains et ruraux, les politiques de promotion de l’agriculture, de l’emploi des jeunes, de développement à la base et des libertés publiques, ont été des réalités palpables, signes d’une renaissance togolaise qui ne se voulait pas uniquement politicienne, mais surtout sociale. La lutte pour le pouvoir a laissé place au partage du pouvoir avec le célèbre accord signé en mai 2010 entre le pouvoir et l’UFC, principale formation politique de l’opposition.

Les signes du changement étaient là et crevaient les yeux, mais une certaine opposition a voulu se fermer les yeux et les oreilles, pire elle s’est emmurée dans la division et les luttes intestines pour une alternance qu’elle voulait réaliser par la rue. Mal inspirée par des expériences sénégalaise et  tunisienne, qui  ne correspondaient pas au contexte actuel au Togo, elle a passé son temps dans les rues de Lomé, s’est nourrie de bains de foule qui se sont régulièrement et progressivement taris. Elle s’est accaparée des médias de la capitale, certaines radios privées notamment, pour des excès et des délires qui n’ont fait que confirmé, ç leur détriment, que la jouissance des libertés était totale au Togo.

Au milieu de ses agitations, le pouvoir opère une historique mutation en renouvelant  ses cadres et en refusant désormais de s’enfermer dans le schéma des fiefs du Nord et du Sud. UNIR est né en Avril 2012 avec comme ambition de ratisser large. Les dernières élections ont montré des percées fulgurantes dans les fiefs traditionnels de l’opposition dans les régions maritimes et des Plateaux. L’opposition se contentera d’une majorité à Lomé et dans certaines régions d’origine de ses leaders.

Le jeu  politique au Togo prend une autre tournure depuis les trois dernières élections qui n’augure pas de lendemains meilleurs pour l’opposition togolaise,

Une nouvelle race d’opposants pour le Togo

Le déclin confirmé de l’opposition togolaise après trois élections transparentes successives, ne fait plus l’ombre d’un doute. Evoquer la corruption et les achats de consciences  pour justifier les lourdes pertes subies, devient une insulte aux populations et un manque de prise de conscience suicidaire.

Réactions après la publication des résultats des législatives au Togo : Jean Pierre Fabre demande à l’opposition de « vite tourner le dos à la défaite et de penser à la présidentielle de 2015 »

Image

« Quand l’inconscient devient conscient, l’état du malade mental s’améliore »c’est ce que nous enseigne la sagesse et dans pareille situation, c’est le moins qu’on puisse dire au regard des agissements et des réactions antérieures aux autres scrutins auxquels il a pris part.

En effet, au lendemain de la publication des résultats provisoires par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Jean Pierre Fabre puisque c’est de lui qu’il s’agit a lancé un appel à ses camarades de l’opposition en lutte depuis longtemps sans parvenir à terrasser le pouvoir en place, de ne pas s’attarder  sur les résultats des législatives  mais de commencer par penser à la présidentielle de 2015.

Cette sortie de celui qui devient après les élections du 25 Juillet dernier, le leader de l’opposition après la débâcle de son  ancien mentor Gilchrist, a été perçu dans certains milieux comme un début de sagesse quand on sait que Fabre est un éternel insatisfait et un contestataire hors normes. On se rappelle qu’il a mis trois ans pour contester la réélection de Faure Gnassingbé après la présidentielle de 2010. Aujourd’hui, cette sagesse qui vient d’élire domicile dans  le comportement du Président National de l’ANC, est saluée par la plupart des togolais qui pensent que les défaites de l’opposition sont souvent dues à son impréparation lors des consultations électorales.

Réactions après la publication des résultats des législatives au Togo : Jean Pierre Fabre demande à l’opposition de « vite tourner le dos à la défaite et de penser à la présidentielle de 2015 »

Image

 

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

« Quand l’inconscient devient conscient, l’état du malade mental s’améliore »c’est ce que nous enseigne la sagesse et dans pareille situation, c’est le moins qu’on puisse dire au regard des agissements et des réactions antérieures aux autres scrutins auxquels il a pris part.

En effet, au lendemain de la publication des résultats provisoires par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Jean Pierre Fabre puisque c’est de lui qu’il s’agit a lancé un appel à ses camarades de l’opposition en lutte depuis longtemps sans parvenir à terrasser le pouvoir en place, de ne pas s’attarder  sur les résultats des législatives  mais de commencer par penser à la présidentielle de 2015.

Cette sortie de celui qui devient après les élections du 25 Juillet dernier, le leader de l’opposition après la débâcle de son  ancien mentor Gilchrist, a été perçu dans certains milieux comme un début de sagesse quand on sait que Fabre est un éternel insatisfait et un contestataire hors normes. On se rappelle qu’il a mis trois ans pour contester la réélection de Faure Gnassingbé après la présidentielle de 2010. Aujourd’hui, cette sagesse qui vient d’élire domicile dans  le comportement du Président National de l’ANC, est saluée par la plupart des togolais qui pensent que les défaites de l’opposition sont souvent dues à son impréparation lors des consultations électorales.

ET ILS SONT OU ; ET ILS SONT OU LES 2 MILLIONS DE MANIFESTANTS DU CST ?

Image

Après chaque manifestation organisée, alors que tous les gens sérieux n’y voyaient souvent que quelques centaines de marcheurs professionnels, rejoints par des badauds sérieusement imbibés de sodabi et dégageant des odeurs suspectes d’herbes prohibées, le CST annonçait des millions de manifestants. Parfois même, les chiffres dépassaient le nombre d’habitants que compte le Grand Lomé. « On allait voir ce qu’on allait voir » nous disait-on. Et justement, le 25 juillet dernier on n’a rien vu. Ou plutôt on a vu que tout cela n’était que du vent et que les chiffres étaient aussi imaginaires que la photo que ces « catastrophistes », qui peignent tout en noir et sont des éternels insatisfaits de mauvaise foi. Ah ; qu’elles ont de la vertu les élections. On sait à présent qui est qui ; et surtout qui n’est personne.

 

 

 

 

 

Dialogue coalition arc-en-ciel- gouvernement Collectif Sauvons le Togo : Un accord signé après quatre jours d’intenses travaux. Lire le communiqué de presse à ce propos

Image

 

Le gouvernement, la coalition arc-en-ciel et  le collectif sauvons le Togo en discussion depuis le 5 juillet dernier sous l’égide de Mgr Barrigah avec l’accompagnement de l’ambassadeur des USA au Togo sont parvenus à un accord. Chaque partie prenante a dû se faire violence pour taire les intérêts personnels en vue de faire prévaloir l’intérêt général, celui qui éloigne de notre pays des lendemains incertains. Cependant, partis des revendications électorales, les regroupements de l’opposition ont également posé sur le tapis la question des détenus dans l’affaire de l’atteinte contre la sûrété de l’Etat dans laquelle Kpatcha Gnassingbé et d’autres personnes sont impliqués. Comme cela se voit, cette revendication, s’il est vrai qu’elle contribue à renforcer le processus de réconciliation dans notre pays n’est pas uns question électorale. Pour ce faire, l’opposition ne doit pas chercher à avaler tout le bras pendant que le gouvernement a accepté de lui donner le doigt. La bonnne volonté affichée par le gouvernement en concédant à ces regroupements de l’opposition pratiquement tout ce qu’ils ont demandé pour participer aux élections ne doit pas être mise à rude épreuves par cette dernière revendication qui ressemble plutôt à une provocation dans la  mésure où Kpatcha et co- déténus ont été jugés et condamnés dans une affaire qu’ils n’ont pas niée. Aujourd’hui, seule une grâce Présidentielle peut occaionner leur libération.

Pour l’heure, nous publions en intégralité le communiqué de presse ayant sanctionné la fin des discussions ce Mardi 09 Juillet 2013.

Dans le cadre du dialogue entre les acteurs politiques, la coalition Arc-En ciel, le Collectif Sauvons le Togo et le Gouvernement se sont rencontrés le 14 juin puis les 5, 6, 8 et 9 juillet 2013 au siège de la Conférence Episcopale du Togo, sous la médiation de Mgr BARRIGAH, Evêque d’Atakpamé, en présence de S.E. M Robert WHITEHEAD, Ambassadeur des Etats Unis au Togo.

 

Ces rencontres ont permis d’aborder plusieurs sujets relatifs d’une part à l’apaisement du climat sociopolitique et, d’autre part, à l’amélioration du processus électoral en cours.
 
Au titre des mesures d’apaisement, les parties ont abordé des sujets tels que : – la libération des personnes détenues dans le cadre de l’affaire des incendies des marchés de Kara et Lomé ;
 
– la levée des mesures de restriction à l’égard des responsables inculpés mais non détenus dans la même affaire ;
 
– la question des 9 députés de l’ANC ;
 
Pour ce qui est de l’amélioration du processus électoral, les parties prenantes ont échangé sur :
 
– la recomposition de la CENI et de ses démembrements ;
 
– les mesures de sécurisation et de la transparence du processus électoral ; – la question des listes de candidats invalidées ;
 
– la nomination et les prérogatives du Premier Ministre ;
 
– les réformes constitutionnelles et institutionnelles
 
– l’accès équitable aux médias d’Etat.
 
Sur les mesures d’apaisement, les discussions ont permis de parvenir à des compromis en vue de :
 
– la libération de certains détenus ;

– la levée des mesures de restriction pesant sur les inculpés non détenus ;

– le règlement définitif de la question des 9 députés de l’ANC ;

– la prorogation du délai de dépôt des candidatures

2 – Concernant l’amélioration du processus électoral, les discussions ont permis de s’accorder sur :

– l’élargissement des CELI et des BV aux représentants de l’opposition ;

– la prorogation de la date du scrutin ;

– l’élargissement du comité de suivi du processus électoral pour y intégrer des représentants de l’opposition.
 
En ce qui concerne la nomination et les prérogatives du Premier Ministre, les représentants du gouvernement ont assuré que le Président de la République, en sa qualité de garant de la Constitution, respectera celle-ci.
 
Pour les autres réformes institutionnelles et constitutionnelles, les parties prenantes se sont accordées pour qu’elles fassent l’objet d’un débat plus large et plus approfondi.
 
Au cours du dialogue, la CENI et la HAAC ont été invitées pour des échanges sur l’état d’avancement du processus électoral et les mesures prises pour assurer un accès équitable au x médias d’Etat.
 
Les parties prenantes ont souhaité que le Président de la République puisse examiner la situation des autres personnes détenues pour lesquels l’opposition a plaidé et aider aussi à la résolution du cas des listes de candidats invalidés.
 
Les parties prenantes ont exprimé leur attachement à un scrutin libre, démocratique, transparent et apaisé. Dans cet esprit, elles ont réaffirmé la nécessité de préserver la dynamique engagée et qui a permis d’obtenir des résultats encourageants.
 
La Coalition ARC-EN-CIEL, le CST et le Gouvernement ont exprimé à Mgr BARRIGAH et SE Monsieur l’Ambassadeur des Etats Unis au Togo, leur gratitude pour toutes leurs initiatives et leur disponibilité.
 
Fait à Lomé le 9 juillet 2013
 
Ont signé
 
Pour la coalition ARC-EN-CIEL Pour le Collectif Sauvons le Togo

Mme Brigitte ADJAMAGBO-JOHNSON Me Ata Messan Zeus AJAVON
 
Pour le Gouvernement L’Ambassadeur des Etats Unis au Togo
 
M. Gilbert BAWARA S.E. M Robert WHITEHEAD
 
Le Médiateur

Mgr Nicodème BARRIGAH-BENISSAN